Direction scientifique

 

Philippe Archambault — Après avoir obtenu un doctorat en neurosciences de l’Université de Montréal, Philippe Archambault a complété un stage postdoctoral en neurophysiologie à Università di Roma ‘La Sapienza’ en Italie. Il est maintenant professeur agréé à l’École de physiothérapie et d’ergothérapie de la Faculté de médecine de l’Université McGill.

Ergothérapeute de formation, il s’intéresse au développement et à l’évaluation des technologies en réadaptation. Plus particulièrement, ses travaux portent sur l’utilisation de la robotique et de la réalité virtuelle pour la réadaptation de personnes qui ont subi un accident vasculaire cérébral. Notamment, la robotique permet l’assistance physique des mouvements du bras; la réalité virtuelle offre alors un environnement motivant dans lequel la personne ayant une incapacité physique peut pratiquer des tâches de la vie quotidienne.

Monsieur Archambault dirige également des recherches portant sur le développement et l’évaluation de simulateurs pour l’entraînement en fauteuil roulant, fauteuil motorisé et quadriporteur. Depuis 2017, il dirige l’initiative intersectorielle « Société inclusive », financée par les Fonds de recherche du Québec. Cette initiative vise à améliorer l’inclusion sociale de personnes en situation de handicap, au moyen de la recherche participative.

 

Dr Claudine AugerClaudine Auger — Détentrice d’un doctorat en sciences biomédicales (réadaptation), Claudine Auger a aussi complété un postdoctorat à l’Université McGill (informatique de la santé) et à l’Université de la Colombie-Britannique (sciences de la réadaptation). Elle est professeure titulaire à l’École de réadaptation de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Son laboratoire est situé à l’Institut universitaire sur la réadaptation en déficience physique de Montréal du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.

Ergothérapeute de formation, sa programmation de recherche pancanadienne utilise l’informatique de la santé pour améliorer l’accès, l’attribution, le suivi et l’entraînement des personnes avec déficience motrice ou sensorielle qui utilisent des aides techniques et leurs proches aidants. Ses méthodologies participatives centrées sur les utilisateurs et leur écosystème l’amènent à développer des partenariats avec des entreprises, des partenaires cliniques et communautaires au Canada et outremer. Par ailleurs, elle dirige une initiative de réseautage ciblant le transfert de connaissances sur les approches méthodologiques pour évaluer l’utilisabilité des technologies de réadaptation. Son expertise est reconnue au sein de comités nationaux et internationaux en lien avec ces thèmes de recherche.